10. L’amazonie

​Pour aller en Amazonie depuis la Bolivie, Rurrenabaque est une bonne option. Le village est Ă  peu près accessible en bus (entre 11 et 20h), il est prĂ©fĂ©rable de voyager de nuit pour ne pas voir la route. Un voyageur (Emre) rencontrĂ© Ă  Cochabamba m’a recommandĂ© l’avion. Connaissant bien les bus Boliviens, je ne suis pas contre du changement. 

Et je me retrouve dans un petit avion 19 places ! 

(Trop trop bien !) 

Ă€ Rurrenabaque, je trouve un hostel et 3 personnes intĂ©ressĂ©s pour aller dans la pampa/jungle et nous partons Ă  la recherche d’une offre intĂ©ressante. Il y a beaucoup d’agence dans le village, plus de 30 je pense. On en visite quelques unes, toutes proposent la mĂŞme chose : nager avec des dauphins roses… Et tous au mĂŞme prix. 

Je vais voir 2 agences qui proposent autre chose, dont celle que j’ai choisi, Madidi Travel. Les autres restent avec les dauphins. 

(Livraison de bananes Ă  Rurrenabaque) 

Madidi proposent de passer quelques jours dans une rĂ©serve qui leur appartient. Dans cette rĂ©serve, ils protègent les animaux et rĂ©introduisent des espèces qui avaient presque disparues. C’est un peu plus cher que les dauphins, mais je suis prĂŞte Ă  tout pour les Ă©viter (je trouve ridicule cette obsession / fascination pour un mammifère en forme de poisson.  Moi,  mon truc,  c’est les crocos, mais je ne rĂŞve pas de nager avec eux) . 

Bref, je pars pour la rĂ©serve le lendemain. 

3h de bateau et une chocolatine plus tard (de la boulangerie française du village) nous arrivons Ă  la rĂ©serve. Mais pas au campement, 40 mn de marche nous attendent. Nous, c’est un couple d’australiens et moi. 

On dĂ©couvre alors nos logements. 

Le bâtiment principal avec la cantine et le coin dĂ©tente sont 5 mn plus loin. Mon sejour est de 3 jours et 2 nuits. Nous avons fait plusieurs promenade dans la forĂŞt, balades en canoĂ« sur le lac de jour et de nuit, et vu un tas d’animaux. 

Les Ă©lèves du collège d’Aubenas qui suivent mon pĂ©riple m’ont lancĂ© un defis : faire une photo avec un animal sauvage. Le lieu est idĂ©al ! 

(la traĂ®nĂ©e dans l’eau c’est un caĂŻman) (Un caĂŻman,  c’est un petit croco). 

(Un faux cobra mais un vrai serpent) 

(Un singe araignĂ©e qui a bougĂ© pendant la photo) 

Nous avons beaucoup de singes,  des tapirs,  des sangliers, un anaconda,  un paresseux… 

Le paresseux en mouvement ! 


Les singes qui se chamaillent… 

J’ai trouvĂ© une mâchoire de caĂŻman ! 

(Bananier et ananas) 

(Arbre Ă  chat…  Pour puma) 

(Notre guide nous a fait des tatouages avec une pomme magique) 

(J’ai eu un tatouage « ROBERTO », du nom du guide, sur le bras pendant plusieurs jours !) 

Les moustiques Ă©taient prĂ©sents en nombre, leur agressivitĂ© est impressionnante. Le dernier jour, pour repartir, la fin du chemin pour accĂ©der au fleuve Beni Ă©tait inondĂ©. Il avait beaucoup plus pendant ces 3 jours plus haut dans les montagnes. Il nous a fallu marcher avec de l’eau jusqu’en haut des cuisses jusqu’au bateau. 

Le lendemain, je devais reprendre l’avion pour La Paz, mais mon vol a Ă©tĂ© annulĂ©. La compagnie m’a dĂ©dommagĂ© de 140 bolivianos et m’a enregistrĂ©e sur le vol du lendemain. Retour donc Ă  La Paz le jour suivant sans encombre.